Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Catéchisme et spiritualité

Catéchisme et spiritualité

L'intimité entre Dieu et notre âme - Pour enfants et adultes (Ne tenez pas compte des publicités)

Halloween vu par un prêtre exorciste : "Halloween est la fête du démon".

.L’exorciste contre Halloween: “Protégez vos enfants et habillez-les en saints”

Don Ermes Macchioni, de la paroisse de Sassuolo, nous met en garde et organise une contre-fête pour faire face à la célébration du mal : « amenez vos enfants à l’oratoire vêtus de blanc et protégez-les de ces histoires spirituelles qui ne sont jamais inoffensives »
 
 

 

Source de l'article. Traduit par Stephix.
 
Halloween est la fête du démon. Il se cache derrière des vêtements noirs, des chapeaux à pointe, des citrouilles sculptées et des rites au sens douteux qui commencent tous par « farces ou friandises ». Don Ermes Macchioni, prêtre et exorciste de la paroisse de Sassuolo, nous met en garde et organise pour le 31 octobre prochain une contre-fête pour faire face à la célébration du mal : 
« Venez à l’oratoire e amenez vos enfants habillés de blanc – a dit le prêtre à ses paroissiens – ou mieux encore, déguisés en saints. Protégez vos enfants cette nuit-là, parce que, même sans le vouloir et à leur insu, ils se réjouiraient et danseraient pour celui qu’on appelle « le grand cornu » et qui ne peut pas les sauver. Amenez-les à la messe le lendemain, le jour des Saints, et protégez-les de ces histoires spirituelles à la mode qui ne sont malheureusement jamais inoffensives ».
On dirait qu’on parle de croisades du mal contre le bien, où les hordes d’esprits doivent être combattues avec des vêtements blancs et des témoignages chrétiens, et elles arrivent de la province de Modène.
« À la fin du XIXème siècle – continue Don Ermes – les esprits l’ont avoué. Même si les rites sont devenus superficiels, chaque fois que nous les évoquons, eux se sentent appelés pour la cause et autorisés à revenir. C’est pour cela que je dis, chacun peut faire ce qu’il veut, mais le soir du 31 octobre, si les baptisés ne veulent pas jouer les hypocrites, qu’ils viennent fêter la fête de la lumière habillés de blanc. Là aussi on peut danser, mais en rappelant la lumière et non les ténèbres ». 
Une contre-fête dédiée aux Saints qui en est rendue à sa 5ème édition, à l’initiative de la paroisse Saint Michele et Pigneto à Sassuolo, pour tenter de freiner l’expansion d’une fête qui, les organisateurs le rappellent, n’appartient pas à notre tradition chrétienne.
Le 31 octobre, veille de la Toussaint, est un jour de célébration d’origine anglo-saxonne et celtique considérée comme le nouvel an ésotérique. Elle est devenue rapidement une fête commerciale visant à dédramatiser le monde occulte des sorcières, des mages et des esprits malins. Elle reste liée à une dimension diabolique que le Vatican accepte difficilement.
La condamnation de la fête des sorcières et des lutins ne vient pas seulement de la province de Modène mais d’un chœur unanime uni à l’Eglise catholique depuis des siècles. La dernière déclaration à ce sujet est celle de Monseigneur Gualtiero Bassetti qui la nomme la fête des citrouilles vides, qui fait oublier que la mort est un acte de foi et non un phénomène qu’il faut exorciser.
 
« Halloween – a rappelé Don Ermes – n’est pas seulement un fait sociologique mais un événement spirituel. Y participer, même passivement, c’est-à-dire par effet de mode, c’est commettre un péché d’idolâtrie. En adhérant à cette fête magique cette nuit-là, on rend une adoration implicite à Satan ». 
Le prêtre va encore plus loin en analysant tout le rituel de la nuit d’Halloween, qu’il définit de « catéchisme à l’envers », où l’on prévoit de « mettre un drap sur l’autel et de le décorer avec un casque à cornes qui évoque le démon » et d’entonner « des chants, des musiques, des récits qui s’inspirent tous de la mort, des esprits, des fantômes et de la magie. » 
Ce sont les paroles de la prière qui suit qui met en alerte Don Ermes et ses fidèles : 
« Avec cela, en la sainte vigile de Samhain, je t’accorde la supériorité et le pouvoir, ô Grand Cornu, Dieu des royaumes des ténèbres ». 
 
« N’oublions pas - conclut Don Ermes – que nos défunts ne reviennent pas ;  ils sont vivants dans le Christ et ne peuvent pas revenir vers nous. Pour rejoindre leur monde la magie ne sert à rien, il faut suivre le Christ, apprendre à vivre comme lui et à mourir comme lui ».
La fête dédiée à la lumière pour combattre les disciples de l’obscurité est la dernière croisade de Don Ermes Macchioni, connu pour son activité d’exorciste depuis plus de vingt ans. Le prêtre de 63 ans a été nommé par l’Evêque Adrien, exorciste du diocèse de Reggio Emilia et Guastalla, avec ses collègues Don Stanislao Fontana di Calerno et Don Edoardo Cabassi, recteur du Sanctuaire de la Vierge de Bismantova. 
Elève du fameux père Amorth, Don Ermes explique comment son activité est très demandée dans sa région : 
« l’Evêque Adrien a été très clairvoyant en m’appelant à exercer comme exorciste, parce qu’il y en a vraiment besoin. Les problématiques sont diverses, les personnes se sentent possédées et demandent mon aide ». 
Le combat de Don Ermes est une lutte contre le démon, qui va de l’exorcisme à la fête d’Halloween, et qui cherche à ne jamais sous-évaluer aucun des contacts qu’il a avec les forces obscures des esprits. 
 

.

.

.

.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article